Peut-on « en même temps » respecter « la liberté syndicale et le droit de manifester » ... et criminaliser celles et ceux qui ont simplement exercé pacifiquement le droit de grève, en expliquant qu’ils ont pris « en otage » les « jeunes » ?
C’est en tout cas en ces termes que le président de la République a dû -en personne- venir au secours du soldat Blanquer, distillant des éléments de langage odieux, éléments de langage que la rectrice de Lille avait également utilisés sur France 3.
Les personnels qui se mobilisent pour le service public d’Education Nationale et qui s’expriment par la grève et de diverses autres façons depuis des mois contre les réforme Blanquer ne sont pas des terroristes : ce ne sont que des professionnels soucieux de bien faire leur travail, soucieux de faire réussir leurs élèves qui ne sont pas que des « jeunes », mais aussi de futurs citoyens dont ils veulent l’émancipation par les savoirs ... en dépit du mépris affiché dont ils sont à nouveau l’objet.

A noter : la permanence du S3 réouvrira le jeudi 29 août à 14H30. Une veille (situations urgentes uniquement) est mise en place pour les mails, et sur nos comptes Twitter et Facebook.


Les derniers articles sur le site national du SNES-FSU

- Rapport Charvet « Refonder l’orientation » : Compte-rendu de l’audience du mercredi 3 juillet 2019
- Trop de postes perdus au concours de recrutement dans les collèges et les lycées !
- Mathématiques : une édition 2019 du Dnb indigeste !
- Jean-Michel Blanquer sème le chaos dans les jurys du bac
- Un ministre aux abois
- La fonction de professeur principal
- Collège : faire respecter ses droits à la rentrée 2019
- Agrégés : la hors-classe pour tous, on y est presque


Se syndiquer, militer

- adhérer en ligne
- télécharger un bulletin d’adhésion
- Espace adhérents (données personnelles, attestation fiscale, carrière...)
- Kit du secrétaire d’établissement - S1 (listes d’adhérents, visuels...)