1er octobre 2020

1000 - Les articles des BA

BA320 - Mutations et recours : les conséquences de l’opacité

En supprimant les CAPA (loi fonction publique) et en refusant de transmettre les barres d’entrée du mouvement, l’administration a géré les mutations en toute opacité.
A l’issue des résultats le 1er juillet, l’insatisfaction et l’incompréhension des collègues a entraîné le dépôt de nombreux recours.
Mi-juillet, 80 collègues (plus de la moitié des recours déposés par les PSYen, agrégé.e.s, certifié.e.s et CPE de l’académie) avaient mandaté le Snes-Fsu pour les défendre. Après réception du recours, le rectorat a deux mois pour formuler une réponse (donc aucune obligation de répondre avant le 1er septembre !).
Nous avons insisté pour obtenir une première réunion au rectorat le 27 juillet. Tout au long de l’été nous avons défendu les dossiers avant une dernière réunion le 25 août !
Sur l’ensemble des recours pour lesquels les élu.e.s du Snes-Fsu étaient mandaté.e.s :
- Plus de la moitié ont obtenu une réponse satisfaisante. Lorsque cela a été possible, des affectations à titre définitif (voir des réaffectations) ont été proposées. Mais la majorité ne s’est vue proposer que des affectations à titre provisoire. Comme nous le redoutions, de nombreux
collègues n’ont découvert leur nouvelle affectation qu’après la rentrée ! Conséquence : des retards pour affecter les TZR et non titulaires !
- Les collègues n’ayant pas obtenu satisfaction n’ont eu aucune réponse, et celles et ceux qui ont participé au mouvement spécifique ne connaissent pas les avis portés sur leur candidature.
- A chaque fois que nous avons décelé une erreur (notamment des collègues victimes de carte scolaire), nous avons obtenu qu’ils/elles se voient proposer une affectation définitive (sauf une situation pour laquelle le rectorat s’est engagé à mettre en place un dispositif de réparation lors du prochain mouvement).
- Malgré l’insistance des organisations syndicales, le rectorat a refusé de transmettre les barres du mouvement, en totale incohérence avec la politique RH affichée (mieux accompagner les personnels dans leur parcours professionnel). Comment préparer sereinement un projet de mobilité dans de telles conditions ?!
Le Snes-Fsu continuera de dénoncer l’opacité des nouvelles modalités de gestion du mouvement, et agira pour rétablir la transparence et la démocratie sociale. En attendant, ses élu.e.s continueront à accompagner et à défendre tou.te.s les collègues qui les solliciteront !

Maeva Bismuth