Bacatastrophe ! EAF : témoignages

L’avalanche de mails reçus concernant l’EAF traduit un dysfonctionnement majeur ; quelques témoignages...

1) Source FB S3
"Message du service des examens et concours à 19h55 pour m’indiquer une mission d’oraux d’EAF lundi à 8h00 alors que j’en suis dispensé pour raisons médicales depuis des années et que cela a été acté par le rectorat. Ce n’est pas l’unique problème pour le bac de cette année.
Un collègue qui n’a pas de premières et n’en a plus depuis une dizaine d’années a été aussi appelé. Et tout cela, sans que l’on puisse y opposer quoi que ce soit.

2) erreurs dans la distribution des sujets d’eaf jeudi après midi. 3 salles ou les surveillants n’ont pas vu qu’il y avait 2 fascicules différents. Pas consignes écrits.. peu de consignes orales mal transmises par des aed non brieffes...absence du chef


3)Je viens de découvrir que j’étais convoquée comme jury de grand oral à Tourcoing lundi, en plus des copies d’EAF en 1re technologique. Je pense que cela n’est pas cumulable…. Je précise que je n’ai pas eu de 1re technologiques cette année ni travaillé ce programme. De plus, j’avais demandé à être dispensée de corrections /interrogations orales cette année du fait d’une mutation intra académique. Ma demande avait été validée par le chef d’établissement. Que puis-je faire ??


4) Double convocations à St Omer et Arras sur une même journée.
- Nombre de candidats à faire passe à l’oral intenable (7 en 4h, 6 en 3h) et sur des horaires impossibles à respecter en raison de l’éloignement des centres d’examen.
- Une journée pour deux candidats (convocation à 8h).
- Réception de convocations ce vendredi soir 17H35, et 21H17 … réponse des services DEC aux anomalies à 23H17.
- Non prise en compte des situations de missions particulière ( "décharge" qui ne porte pas bien son nom) prises de rdv, annulations de dernière minute et préparation prochaine rentrée impossibles !!!)
- Injustice quant aux attributions des convocations (faux arrêts maladies de collègues moins scrupuleux et ouvertement déclarés !)
- Crainte d’invalidation des épreuves au final !

WEEK_END pourri à chercher des solutions, à attendre une réponse ferme,
Travail de fin d’année ruiné, sans possibilité d’envisager une prochaine rentrée « sereine » !!!



4) Par où commencer ?

- convocation tardive (lundi pour vendredi) à l’écrit de l’eaf
- contact avec une coordo mercredi qui m’indiquait qu’elle m’avait sur ses listings pour l’oral.
- réunion d’harmonisation en distanciel avec 12 liens envoyés sans possibilité de savoir auquel il faut se connecter
- aucune information sur le nombre de copies. Pas de copies sur Santorin hier soir alors que les corrections étaient censées démarrer hier.
- temps de correction non justifié : pourquoi rendre les notes le 30 Juin ?
- copies numérisées sans possibilité technique de les trier.
- le coordo qui devait faire une veille Santorin nous a annoncé vendredi qu’il était convoqué lundi pour le grand oral toute la journée. Il n’y aura donc aucun soutien technique lundi.

J’imagine que nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
Je vous contacte si d’autres absurdités se presetent.



5) Théâtre : jeudi 10, un collègue me prévient que je dois être avec lui le lendemain vendredi 11 à 8 h dans un lycée pour que nous interrogions à deux (c’est la procédure) un élève. Après appel à la DEC qui était informée, je n’ai reçu aucune convocation dans ce sens. Pas couverte, je ne me suis donc pas déplacée.

Lettres : Hier réunion d’harmonisation, sans copie, sans sujet.
Copies scannées parvenues ce matin. J’ai testé sur une 1re copie. Système de dématérialisation insupportable, inconfortable.


6)Je tiens à vous faire part de certains - nombreux - dysfonctionnements concernant l’EAF. Cette année notre tâche est compliquée par la pandémie : les élèves passent dans leur établissement et donc les coordonnateurs ne peuvent se baser sur un centre, mais ont en charge plusieurs lycées, dont beaucoup n’ont de ce fait jamais accueilli les oraux et n’en maîtrisent donc pas l’organisation. J’ai un adjoint, ce qui n’est pas le cas de beaucoup. Nous avons eu deux visio (mercredi et vendredi) : les liens nous sont parvenus la veille à minuit.
J’ai cette semaine contacté tous les chefs d’établissement et nous sommes allés les rencontrer : chacun fait son possible pour atténuer les problèmes, mais on constate des absences de bordereaux, des erreurs de descriptifs, une méconnaissance de l’épreuve. Des jurys ne sont pas nommés - un a été affecté hier. L’autre absence intervient en milieu de session donc rien d’urgent (???)
J’ai proposé une visio pour réunir, rassurer, écouter et conseiller les jurys, dont certains seront seuls dans les établissements et parfois interrogent pour la première fois.
Les coordonnateurs n’ont pas de convocation en majorité, ni pour l’instant d’ordre de mission. J’ai été appelée pour coordonner aussi l’écrit, en même temps (j’ai refusé), des collègues sont enlevés de l’oral de français pour faire passer le grand oral. Les collègues interrogent jusqu’à 130 candidats, l’oral dure 10 jours, le double des années précédentes.
Des absences sont déjà prévues (notamment 2e dose vaccin) et nous n’avons pas de remplaçant. Le DEC ne répond pas souvent. Les IPR font leur possible.
Des mails circulent pour dénoncer des situations identiques, et pires.
Nous venons de vivre 18 mois de crise sanitaire, nous faisons notre possible pour que les candidats puissent passer « sereinement » et équitablement leur examen, mais la désorganisation générale , l’impréparation et l’épuisement nuira forcément à cet objectif.


7)Chronologie d’une convocation pour les oraux de l’EAF
Jeudi 10, à 20h : la convocation pour les oraux de l’EAF tombe : 1/3 de candidats en plus par rapport aux années précédentes lors desquelles on s’est déjà plaint de la charge de travail, une semaine non stop sans demi-journée de pause.
Convocation pour le lendemain à une réunion d’harmonisation sans horaire et avec des indications contradictoires pour le lieu ( à la maison/ dans l’établissement)

Vendredi 11 : pendant la nuit, réception du lien pour la réunion.
9h : connexion impossible pour tous pendant 45 minutes. Puis problème audio dans mon établissement pendant 45 autres minutes.
Nous apprenons que cette année les coordonnateurs (ceux qui d’habitude nous accueillent, préparent nos plannings du jour , nous aident à rentrer les notes, nous déchargent de candidats, sont là en cas de problème…) sont …volants sur plusieurs établissements !

Lundi 14 : accès à la plateforme contenant les descriptifs numérisés en fin d’après-midi, il n’y a ni les textes, ni le nombre de candidats à interroger par classe.

Mardi 15, fin d’après-midi : Je vais chercher les textes sur place, dans l’établissement, faute d’y avoir accès, ce qui permet d’avoir quelques infos sur les conditions pratiques. Il manque les textes d’un descriptif.

Mercredi 16, fin d’après-midi : on a enfin le nombre de candidats par classe mais il me faut préparer toutes les lectures de la 2e partie ne sachant qui sont précisément mes candidats. Je ne sais pas non plus qui sont les tiers-temps.
Il reste 2 jours ouvrables pour préparer les 92 oraux.


8) J’ai reçu hier à 18 heures une convocation pour les oraux de l’EAF : du lundi 21 juin 8h00 au vendredi 2 juillet / non stop, sans pause / 124 candidats / 45 km du domicile = 900 km pour toute la mission.
La convocation du 18 juin vaut mission pour la réunion d’entente du 11 juin. (sans commentaire)
Un lien internet permet d’accéder aux descriptifs : il est valide, mais zéro fichier / zéro descriptif, vide, quoi.
Je ne peux pas appeler le lycée pour me procurer les descriptifs : nous sommes samedi.
Appris hier soir et confirmé ce matin : deux coordo. ont vu mon nom circuler pour le G.O. de lundi et mardi. Il parait que j’en ai été informée par le rectorat : c’est faux. Deux missions en même temps ???? Ou alors cela a changé depuis ???

J’ai écrit ce matin à la responsable de la DEC et à deux IPR de lettres (celui de mon lycée et le responsable de l’EAF) : réponse en attente.
Chaos sans nom. Mise à mal de mes conditions de travail et de mon professionnalisme. Ne me suis jamais dérobée dans toute ma carrière à mes missions : là, c’est Mission impossible.
Peu dormi cette nuit, très contrariée, déstabilisée par cet amateurisme qui met en péril le passage de l’oral tant pour moi, jury, que pour les candidats. Pas envie du tout de participer à cette farce grotesque. Impression d’une vaste blague orchestrée à dessein ?

Amie et collègue arrageoise convoquée hier comme moi pour mission dès lundi mais elle a les descriptifs (la chance !) et les travaille depuis hier soir. Elle en a pour tout le week-end pour au moins démarrer.

De toute façon, ça va coincer : il manque encore des jurys - il y aura des absents lundi.


9)Je suis professeur de lettres et j’enseigne entièrement en CPGE depuis des années au lycée Faidherbe.

J’ai été convoquée pour la correction du bac, comme tous mes autres collègues de CPGE en lettres, dont le nom commence par C.

Le proviseur a fait annuler la convocation.

Cordialement


10) Bonjour,
Le stagiaire de Lettres de mon lycée ( Mousseron) a reçu une convocation ce jeudi pour faire passer les oraux d’EAF dès lundi à Maubeuge ( 120 candidats, toute la période !). Inutile de préciser qu’il n’avait pas de classe de première.


11) Catastrophe généralisée sur le bac français : liens de réunions d’harmo inactifs ou erronés, liens envoyés 10 mn avant les réunions, pas de convoc officielles pour les coordo, 1 ou 2 coordo pour 4/5 établissements : les examinateurs vont être seuls à devoir tout gérer dans les centres d’exam, nombre de copies délirant par correcteur 130 en moyenne (pour le 30 juin sur Lille jusquà nouvel ordre), lots de copies non débloqués à ce jour, profs référents prévus sur l’aide aux correcteurs en ligne déjà prévus sur les oraux, convocations qui se superposent, jurys manquants à l’oral (GO siphone l’EAF : on a répondu "priorité au GO" !!) , les coordo doivent maintenant remplacer les absents, profs de français non HLP convoqués au grand oral... d’autres gens vont craquer et se retrouver en arrêt maladie !!

Diffusez SVP !!! HELP !!! ON COURT A LA CATASTROPHE !!!

12)
Bonsoir Monsieur (IPR),

Les mails de .....et de ..... traduisent bien l’exaspération générale.

Après une année particulièrement éprouvante au cours de laquelle nous avons dû faire face à une situation sanitaire sans précédent, gérer simultanément les cours en distanciel et les cours en présentiel, appliquer les différents protocoles imposés, répondre aux inquiétudes (légitimes) des élèves et de leurs familles, assimiler la réforme, nous adapter aux différents aménagements mis en place pour le baccalauréat, on nous demande à présent de pallier toutes les défaillances du système et de masquer l’improvisation générale en assumant, sur 5 ou 10 établissements, de multiples missions (coordonnateur, adjoint, remplaçant des jurys absents, assistant des chefs d’établissement....)

Jusqu’à présent, j’ai toujours assumé les tâches qui m’étaient confiées avec beaucoup de conscience professionnelle, soucieuse de la réussite des élèves, attentive à l’accompagnement des collègues afin de garantir l’équité de tous. Je n’ai jamais compté mes heures, considérant que le baccalauréat était un examen essentiel dans le parcours des élèves et qu’il méritait qu’on lui accorde la plus grande attention.

Mais la coupe est pleine.

J’apprends il y a quelques heures que je suis convoquée pour le grand oral lundi matin, alors que je devais assumer ma fonction de coordonnatrice adjointe au lycée ..... Il était prévu que j’y interroge des tiers-temps, tout en menant l’accompagnement à distance de collègues stagiaires paniqués à l’idée d’interroger des élèves de première sur des textes qu’ils ont découverts tardivement. Je n’ai pas assuré la spécialité HLP cette année.Quelle sera, dès lors, ma légitimité ? Quel crédit accorder à ce baccalauréat 2021 si les examinateurs, nommés au pied levé, ne maîtrisent pas les modalités de l’épreuve sur laquelle ils interrogent les élèves ? Quelle place réserve-t-on aux épreuves de l’EAF, balayées d’un revers de la main par le grand oral ?

Pardonnez ma grande lassitude (qui s’explique sans doute par l’heure tardive à laquelle je vous écris ce mail), mais il me semble que les pauvres professeurs de français que nous sommes ont droit à un peu plus de reconnaissance et de considération.

Bien cordialement,

.....(coordonnatrice des oraux EAF)


13) Un coordo :
a) Nous devons donc, si je comprends bien, remplacer au pied levé les éventuels collègues absents dès lundi 8 heures. Soit.

La solidarité, qui pourrait être contre ? Sauf que lundi nous serons seuls face à des absences imprévisibles et à des candidats dont nous ignorons totalement les descriptifs, pour lesquels, par la force des choses, nous n’aurons préparé aucun sujet ni aucune question de grammaire. Certains bénéficient de tiers-temps. Et il faudra, dans ces conditions, interroger 7 candidats dans une demi-journée ? Je parle en tant que coordo dépourvu d’adjoint, comme c’est le cas de beaucoup d’autres que moi.
Comme vous le rappeliez dans votre précédent mail, "à l’impossible, nul n’est tenu". Je suis d’accord avec vous..
Concrètement : au-delà d’un impératif de solidarité partagé a priori par toutes et tous, comment envisagez-vous de tels remplacements de toute dernière minute étant donné la nouvelle épreuve orale de français ? A quel moment de la matinée, par exemple, le coordonnateur qui découvre à 8h l’absence d’un examinateur, trouve-t-il le temps de récupérer les descriptifs adéquats, de lire avec sérieux l’ensemble des textes proposés, d’en choisir deux, de préparer deux questions de grammaire aussi pertinentes et claires que possible, de mettre tout cela sur le papier pour le proposer enfin au candidat ? Et de gérer les éventuels tiers-temps ?
Une épreuve de baccalauréat - importante au point de ne pas pouvoir être supprimée contrairement à ce qui fut décidé l’an dernier - peut-elle s’improviser au tout dernier moment dans les conditions qui sont celles de cette année ? Je ne peux m’empêcher de ressentir comme un décalage entre l’importance manifestement accordée à l’épreuve (mais importance moindre tout de même que celle du grand oral) et l’espèce de chaos et de bricolage permanent dans lesquels l’on accepte qu’elle se déroule.
Je ne sais si vous trouverez le temps de répondre à ma question, très pratique, que d’autres ont dû vous poser avant moi et qui témoigne pour le moins d’une grande inquiétude, sans doute partagée par toutes les personnes qui seront effectivement, dès lundi, lâchés seuls sur le théâtre des opérations.
En tant que professeur, je pense enfin, bien sûr, aux candidats, qui ont le droit d’avoir devant eux des professionnels dûment et sérieusement et sereinement préparés à les écouter. N’est-ce pas le moins que nous leur devons, à eux qui se préparent depuis des mois ?

Très cordialement,

b) Le mail de Madame ..... appelle le mien (et peut-être d’autres ?), malgré mon état de grande fatigue et de durable désarroi (il faut à ce propos m’excuser si je laisse parfois passer de grossières erreurs faute d’énergie pour relire ma prose ; heureusement trop grossières pour m’être imputées sérieusement). Depuis une bonne semaine, je passe, comme nous tous, mes journées et une partie de mes nuits - comme M. .....(IPR) - au téléphone et/ou devant un écran d’ordinateur, à quêter des réponses fiables et aussi à essayer d’en donner de relativement fiables.

Depuis l’envoi de mon précédent mail, dans lequel je m’alarmais de devoir remplacer, peut-être, lundi matin, au pied levé, tel ou tel examinateur, dans des conditions encore jamais vues, j’ai reçu sur SoGo une convocation, en bonne et due forme celle-là, pour aller faire passer le "grand" oral à ....., au moment même où j’avais prévu de jouer mon rôle de coordonnateur au lycée .....(établissement que j’avais d’ailleurs prévenu, ce matin même, de ma présence lundi).

Ce qui veut dire que lundi matin il n’y aura pas de coordo à ..... (je n’ai pas d’adjoint). Par conséquent, s’il y a un examinateur absent, il n’y aura définitivement personne pour le remplacer, s’il est vrai, comme le disait M........ récemment et nuitamment, qu’il n’y a "pas de réserve" en-dehors des coordos multifonctions. A moins peut-être de dépouiller un autre lycée de son propre coordo... s’il en a un, cela va de soi.

J’ajoute accessoirement que je n’ai pas du tout assuré la spécialité HLP dans mon lycée cette année (le programme m’échappe en grande partie), que je n’ai qu’une idée bien vague de cette nouvelle épreuve que l’on qualifie de "grand oral" et que je vais devoir découvrir, quelques minutes avant le passage du premier candidat, tout ce qu’il faut savoir pour évaluer correctement. Ce week-end, j’ai encore à m’occuper de ma mission de coordo EAF. A moins que je ne sois condamné, jusqu’à ce que mort s’en suive, à grandoraliser...

Je sais que d’autres coordos de français ont également reçu des convocations pour le grand oral, comme M. ........ l’avait annoncé d’ailleurs.

Cette fois, je n’ai pas de question à poser. Mon désarroi est total. Quant à la solidarité, ce bel idéal pas si souvent honoré (autrement que par des paroles sans effet) ces dernières années dans notre beau pays, si elle s’exerce, c’est manifestement au détriment des professeurs. Nulle réciprocité ici. Le "prof" ne semble plus qu’une variable d’ajustement devant, par une flexibilité sans limites, rendre possible l’impossible décidé là-haut, tout là-haut, dans le saint des saints, très loin des contingences matérielles de toutes sortes qui font actuellement notre quotidien. Et comme le dévouement des professeurs pour les élèves est aussi sans limites...

Toujours est-il que pour lundi, j’ai désormais la réponse à la question que je me permettais de vous poser un peu plus tôt, ................. : je n’aurai aucune difficulté à remplacer lundi matin un examinateur absent à ..... puisque je serai en train de faire passer ailleurs le très grand oral. A moins que je ne reçoive une nouvelle convocation pour une autre mission d’ici là et ici ou là.

En souhaitant, à toutes celles et tous ceux (sans exception) qui souffrent solidairement ces temps-ci, de traverser vaillamment ces rudes épreuves."


14 ) Catastrophe généralisée sur le bac français : liens de réunions d’harmo inactifs ou erronés, liens envoyés 10 mn avant les réunions, pas de convoc officielles pour les coordo, 1 ou 2 coordo pour 4/5 établissements : les examinateurs vont être seuls à devoir tout gérer dans les centres d’exam, nombre de copies délirant par correcteur 130 en moyenne (pour le 30 juin sur Lille jusquà nouvel ordre), lots de copies non débloqués à ce jour, profs référents prévus sur l’aide aux correcteurs en ligne déjà prévus sur les oraux, convocations qui se superposent, jurys manquants à l’oral (GO siphone l’EAF : on a répondu "priorité au GO" !!) , les coordo doivent maintenant remplacer les absents, profs de français non HLP convoqués au grand oral... d’autres gens vont craquer et se retrouver en arrêt maladie !!

Diffusez SVP !!! HELP !!! ON COURT A LA CATASTROPHE !!!


15) Je passe sur les détails des convocations et les informations envoyées à la dernière minute que vous connaissez sans aucun doute.
Je vous livre d’autres éléments :
- Je n’ai eu accès à mes descriptifs (les textes et œuvres étudiées par les candidats que j’interrogerai) avant vendredi. Je rappelle que j’interroge dès lundi matin !!
- Il n’y a AUCUN TEXTE avec ces descriptifs. Il semblerait que les professeurs de Première n’aient eu AUCUNE CONSIGNE CLAIRE sur la nécessité de joindre les textes étudiés avec les descriptifs.
Conséquences :
- Je découvrirai donc en grande partie les textes en écoutant les candidats lors de la première partie de l’épreuve
- Plus grave encore : je ne peux pas préparer mes questions de grammaire (elles seront donc largement improvisées - que puis-je faire d’autre !!!??)
- Je n’aurai pas mon propre document pour suivre le commentaire linéaire de l’élève lors de la première partie - à moins que lundi matin les coordonnatrices ne puissent me donner les textes que je n’ai pas. J’en doute car j’ai appris que celles-ci seront répartis sur 5 centres !
- Je peux sans doute prendre dans ma bibliothèque mes propres livres, mais : - quelle garantie qu’il s’agira des mêmes éditions que celles qu’auront les élèves en main ? ; - aucune indication précise n’est donnée (exemple : texte étudié : "Le portrait de Mme de Clèves" : de quelles pages s’agit-il ? Quelles lignes ? Quel passage précisément ? A quel endroit du livre : il y a en effet plusieurs portraits de Mme de Clèves !).
Donc : ne pas avoir les textes à notre disposition est un non-sens.
- Des éléments concrets sur le déroulement : Voici un extrait d’un message envoyé par l’une des deux coordinatrices de mon centre :
" [...] nous sommes deux coordonnatrices responsables de 5 établissements..."
"Tout comme vous, nous faisons face à une situation inconfortable et déplaisante en raison de problèmes d’organisation entre autre, indépendants de notre volonté..."
"[...] sur le lycée de Pierreforest, où les examinateurs ont particulièrement été gâtés puisqu’ils ont jusqu’à 132 candidats à faire passer pour l’un d’entre eux. Cerise sur le gâteau : il y a 17 tiers-temps dont plusieurs avec un handicap lourd."
J’enseigne et vis à Valenciennes, je suis envoyée à Maubeuge, à 45 minutes de route, donc. Écologiquement, n’est-ce pas d’une totale stupidité de m’envoyer si loin de chez moi ?
Je vais devoir me lever à 6h du matin et je rentrerai vers 19h30 pendant une semaine et demi. Respecte-t-on les examinateurs ?
Je dois interroger 83 candidats !! J’en interroge d’habitude une grosse cinquantaine et c’est épuisant...
Conséquence : je suis terriblement angoissée à l’idée de ces oraux, du rythme que l’on va m’imposer, et j’ai peur de ne pas le supporter physiquement.
Enfin : on connaît la faiblesse de la rétribution des oraux, comparée à celle des écrits. J’apprends que certains collègues n’interrogent pas mais corrigent. Ils ont 100 copies en moyenne à corriger. Ils gagneront donc environ 500 euros. Pour moi, il n’y aura aucun gain, aucune prime. Je trouve cela profondément INJUSTE. J’aurai eu bien besoin de cet argent, moi aussi.


16) Alors par où commencer :
- les élèves n’avaient pas de n°de jury sur leur convocation et pour cause les convocations enseignantes ont été faites pour le moins à la va-vite. Les élèves s’inquiètent, je ne sais pas quoi leur dire.
- A minuit 05 le jeudi soir vraiment très tard, ou si l’on préfère le vendredi matin vraiment très tôt, je reçois une convocation à la réunion de coordination pour l’oral qui a lieu en visio à 9heures.
- A 8 heures, je joins donc dans une certaine panique, il faut bien le dire, mon établissement pour annoncer que je ne peux pas prendre mes élèves de 2nde et de BTS. Évidemment il est un peu tard.
- Je me connecte : coordos pas tous là, présence de nombreux collègues à qui ont a fourni un mauvais lien et qui galèrent pour trouver la réunion qui les concernent.
- On m’apprend presque par hasard que ma convocation personnelle comporte des erreurs : sur l’établissement dans lequel je suis convoquée, et donc sur l’ADRESSE à laquelle je dois me rendre.
- On m’apprend aussi que les coordonnateurs sont en charge de 4 ou 5 centres, je ne sais plus, mais qu’en tous cas, ma collègue et moi serons seules dans l’établissement pour faire face aux éventuelles difficultés. Bien sûr, on a un numéro de téléphone à notre disposition...
- Les coordos qui arrivent tous enfin, m’apprennent que je pourrais disposer, le lendemain, des descriptifs de l’ensemble des enseignants du lycée MAIS que je n’ai pas encore accès aux nom de mes candidats. Autrement dit je ne sais pas quels descriptifs lire puisque je ne sais pas quels candidats ils concernent. On est déjà le samedi 12 juin.
- Le lundi 14 juin, je reçois la liste entière des élèves du lycée mais sans aucun tri. On m’informe qu’il faut que j’effectue des croisements d’informations plus ou moins laborieux pour retrouver dans cette liste les 73 candidats qui me concernent. Et j’ai cours par dessus le marché.
- Le mardi, je peux commencer mes recoupements, mais je suis déjà bien lasse.
- Bien sûr, l’établissement est loin de chez moi, bien sûr il n’y a pas de cantine, bien sûr il faut enchaîner 14 candidats sans aucune pause et sans aucun répit (8 heures par jour pendant 5 jours d’affilée), bien sûr il faudra valider nos missions comme si toutes les personnes concernées ne savaient pas déjà qu’on les avaient effectuées, bien sûr il faudra attendre deux mois pour être payé des clopinettes (environ 9 euros par demi-journée ?) bien sûr il faut être bienveillant comme si on ne l’était pas toujours, comme si on pouvait vraiment l’être dans des conditions si déplorables, comme si on l’était avec nous. Bien sûr...


17) Je voulais témoigner d’une énième incohérence du système. J’enseigne depuis près de 20 ans en lycée les Lettres Classiques, j’avais cette année des 1 STMG. Je ne suis à ce jour pas convoquée pour les épreuves, ni pour l’écrit ni pour l’oral. Sachant que les collègues sont débordés de candidats à l’oral et de copies à l’écrit et que j’allais sans doute à un moment ou à un autre être appelée au dernier moment, j’ai préféré anticiper : j’ai envoyé un mail il y a une semaine et j’ai appelé au numéro indiqué sur les convocations de mes collègues, j’ai été renvoyée sur des répondeurs et leur musique vivaldienne infinie et un jour j’ai eu quelqu’un (mais pas en lettres) qui a pris mon nom en disant que je serais sûrement réquisitionnée étant donnés tous les désistements mais à ce jour... rien. La dame m’a dit par ailleurs que les mails n’étaient traités qu’avec beaucoup de retard, s’ils l’étaient d’ailleurs.
En revanche, j’ai appris mercredi qu’un stagiaire qui n’a eu cette année que des 2des a 134 copies à corriger... Franchement, je pense à mes élèves (et à mon fils qui passe le bac cette année) et je frémis un peu.


18) Je suis coordonnatrice sur le bassin Lille-Ouest d’Armentières. Il comporte 4 lycées.
- à ce jour, je n’ai toujours pas eu de convocation. Les IPR nous ont écrit d’assurer malgré cela notre mission lundi.
- la visio conférence de vendredi 11 juin a été complètement ratée : le lien est arrivé dans la nuit de jeudi à vendredi. Les collègues n’ont pour la plupart pas eu l’information. J’avais une seule collègue de mon bassin en visio.
- le rectorat ne nous a pas donné le nom des examinateurs de notre bassin. J’ai dû contacter les chefs d’établissement. Certains n’avaient rien reçu.
- je n’ai contacté que 4 collègues sur 9 puisque je n’ai pas les coordonnées de tous.
- à ce jour, il manque encore 3 jurys pour le bassin d’Armentières.
- parmi les collègues convoqués aux oraux, il y a eu des profs de lycée professionnel Lettres-éco gestion ! Les chefs d’établissements ont aussitôt réagi et alerté les IPR ou le rectorat.
- Les IPR ont demandé par courrier aux coordos d’assurer les remplacements des absents.
- la plateforme sur laquelle ont été mis tous les descriptifs est inaccessible pour la majorité des collègues : certains m’ont appelé en panique car ils ne comprenaient pas comment récupérer les textes et descriptifs sur cette plateforme. On n’a eu aucune explication. Je n’ai pas pu les aider.
- les IPR n’ont pas précisé en amont, au moment où tout le monde a envoyé ses descriptifs, de mettre aussi les textes. Donc certains examinateurs s’arrachent les cheveux pour trouver les extraits de roman et leur délimination.
- Pendant toute l’année scolaire les IPR ne nous ont jamais contacté pour nous expliquer ce nouveau bac de français : aucune visio, aucune directive.
C’est lors de la visio conférence de mercredi 9 juin qu’ils ont expliqué aux coordos des oraux comment se passe un oral de français nouvelle mouture !! Nous avons eu des consignes le 11 juin (de ce fait nous n’avons pas préparé de la même manière cet oral).
Personnellement, ce chaos général me met dans un stress immense jamais vécu jusque là. Je me sens démunie. Et j’espérais un grand mouvement général de mobilisation.
Je pense qu’il faut absolument obtenir que l’organisation soit totalement rectifiée l’an prochain et surtout : on ne peut pas, tenir sur 10 jours d’oraux !! Physiquement, c’est impossible.


19) Le lien internet indiqué sur ma convocation reçue vendredi 18 à 18 heures, et supposé me permettre de lire les descriptifs des candidats est toujours et encore désespérément vide de fichiers.
Mais comment vais-je faire demain à 8 heures face aux premiers candidats ? Improviser deux sujets (au choix), deux questions de grammaire en 5 minutes, après une lecture en diagonale de leurs descriptifs qu’ils auront l’amabilité de me remettre ?
CE N’EST NI PROFESSIONNEL NI RESPECTUEUX DES CANDIDATS.
C’est scandaleux, honteux, voire grotesque. Je sens l’angoisse et l’anxiété grandir au fur et à mesure du week-end. Aucune réponse des autorités de tutelle pourtant contactées samedi matin à 9 heures.
Quant au droit à la déconnexion, on peut s’asseoir dessus.


20) Tandis que je participais à une visio organisée dans mon lycée et à destination des jurys du Grand Oral, j’ai été informée que je devais finalement corriger l’écrit de Français et que je n’étais plus concernée par l’oral.
Ma convocation annonçait 65 copies numériques (j’ai déjà corrigé le BTS), une visio de 2h00 et une période de correction du 19 ou 30 juin. Ensemble plutôt cadré et confortable. Sauf que je n’ai pas de 1re et que je n’ai pas préparé les élèves à l’épreuve.


21) Dimanche 20 juin 11h30 :
- à cette heure, des jurys vacants pour lundi matin 8h
- charge aux coordos de pallier et d’interroger, en plus de la coordination et des tiers-temps sur parfois 5 bahuts, jusqu’à ce que ? … mort s’en suive ?
- le vivier d’examinateurs est vide (contrairement à ce que disait la rectrice jeudi 10/06, mais dixit un IA-IPR jeudi 17/06) ;
- des coordos ou examinateurs en français convoqués ce week-end pour l’EAF ET pour le Grand oral (sans avoir enseigné la spé HLP dans l’année) ;
- des coordos convoqués pour coordonner l’écrit ET pour coordonner l’oral (donc au moment où ils interrogent à l’oral, il faut aussi qu’ils répondent aux questions des examinateurs sur Santorin et gèrent les bugs de copies mal scannées, etc… : recours au clonage pour assurer simultanément plusieurs missions ?)
- contrairement à ce qui avait été annoncé, les profs de français seront nombreux à avoir en charge écrit ET oral (exple : 130 candidats à l’oral sur 10 jours + 130 copies)
- des collègues de collège convoqués à la dernière minute (soit samedi pour lundi) pour interroger à l’EAF !
Infos de vendredi soir par un IPR de lettres : « on » lui a dit que la priorité était le GO (quitte à déshabiller d’EAF). La volonté politique de ne pas faire échouer le bébé Blanquer contribue à tout déréguler.

22) Je comptais rester silencieux, ce qui n’est pas mon habitude pour ceux qui me connaissent. Mais tous vos messages m’incitent à sortir de ma réserve, comme un huron ahuri, celle dont on nous a redit le devoir récemment. Mais celle aussi où nous sommes, nous les fameux quatre-vingts, ou plutôt quatre-vingt-treize tant nous sommes entrés dans un régime de terreur instauré pourtant par une démocratie souriante et un régime de bienveillance généralisé. Certes, on dira que les professeurs de lettres ont le sens du tragique et cultivent l’art du mélodrame comme autant de petits histrions. Mais ce qui a commencé comme une bien mauvaise farce technocratique se change au fil des jours en drame politique. Cet acharnement à mettre en place le grand oral avec le même calendrier que l’oral de l’EAF sans renfort pour les services académiques est bien soit une erreur logistique soit un calcul stratégique qui se fait en sacrifiant le bon déroulement d’une épreuve préparée durant un an et « validant » des années d’études du français et de sa littérature. La dernière rencontre avec sa langue et sa culture littéraire pour le jeune citoyen ! Le « vivier » des examinateurs semble tari, reste donc cette réserve de vieux homards que nous sommes prêts à être plongés dans le bain demain au hasard des convocations erratiques ou d’invitations polies. Cette absence de « cadre légal » nous est déjà très préjudiciable : comme l’écrivait ma collègue.... , j’ai pu aussi être exposé à une double contrainte, assurer des cours et/ou ma mission de coordination. Mon chef d’établissement m’a aussi reproché deux heures de cours non assurées alors que j’avais mis en avant le travail à effectuer vendredi, après déjà des heures passées en amont sur mes libertés comme vous tous. Il s’en est pris aussi à l’Inspection et alors que j’expliquais travailler pour soulager la tâche d’autres chefs d’établissement, je me suis entendu répondre « que lui se débrouillait seul et s’il le faut avec d’anciens chefs d’établissement professeurs de lettres en retraite ou avec son épouse chef d’établissement également ». Cela fonctionne tellement bien qu’un ami interrogeant à l’oral du Capes à Tours jusqu’au 2 juillet a été nommé samedi après-midi dans une commission à..... avec 90 élèves. Pour d’autres, il s’agit du grand oral et/ou des remplacements et coordinations. Nous savons tous que la double contrainte ou « double bind » rend les gens les plus équilibrés complètement fous. Demain tout ce que l’on a pu un tant soit peu planifié sera certainement caduc dans bien des centres. Mes élèves m’écrivent, anxieux ; mes deux enfants passent respectivement le grand oral lundi et l’oral de l’EAF mardi, et je ne peux leur garantir qu’ils auront des jurys compétents en HLP ou des jurys tout court en EAF. Après 26 ans d’enseignement, je vois mes élèves et mes enfants livrés à l’aléatoire, au bon vouloir, à l’anomie, à l’improvisation, à « l’école de la confiance et de la bienveillance ». Des collègues évoquaient Kafka, mais il s’agit pour moi plutôt aujourd’hui de la fête du Père UBU, cornegidouille et cornes au cul, vive le Père uBu et la fête des impairs. Je bois à votre santé, « [la DEC m’envoie dans un établissement demain alors que] j’étais déjà affecté dans trois bassins en même temps pour la réunion de coordination. Nous ferons certes au mieux avec notre bon sens, mais la situation nous plonge en plein non-sens. « Dans ma poignante inquiétude », une bulle de champagne !

23) Je suis actuellement convoquée pour 2 semaines d’oraux à P... alors que je réside à St André lez-Lille. Cela représente 45 km et si tout se passe bien 47 mn de trajet selon le GPS.
Je n’ai jamais été convoquée si loin de mon domicile, et j’avais expressément demandé par mail au rectorat à être sur la métropole lilloise.
Je n’ai reçu de réponse à aucun de mes mails. J’ai réussi à joindre une personne par téléphone au rectorat -après avoir menacé de poser un arrêt maladie de 15 jours si je ne parvenais pas à parler à un responsable- qui m’a écoutée, mais je n’ai depuis aucun retour de sa part. ( j’ai sollicité un lieu d’interrogation plus proche de mon domicile pour la 2e semaine des oraux ou de préférence des copies) .
Il me semble absolument impossible de tenir 2 semaines d’oraux consécutives quant on sait à quel point ces journées d’interrogation sont éprouvantes ; qui plus est avec deux heures de route quotidiennes.

24) Je me demande dans quel état je serai la 2e semaine et si je parviendrai encore à évaluer objectivement les candidats. Mais je constate que cette préoccupation n’est absolument pas celle de mon administration.

25) Je ne trouve pas normal non plus d’être la seule examinatrice pour les 106 élèves de filière générale du lycée de P.... . Comment faire ?

26) J’ai atteint en cette fin d’année un sentiment d’exaspération et d’écœurement encore jamais atteint au cours de ma carrière, moi qui ai toujours été une enseignante motivée et qui ai toujours pris plaisir à faire passer les examens aux élèves, et à observer les fruits de notre travail d’une année.

27) Les coordonnateurs de Français pour l’EAF dans le centre de P... ont été convoqués au grand oral : l’un jeudi soir pour lundi à L... ; l’autre samedi soir pour lundi ( à P...)...