10 juillet 2018

Mobilisation et Actualité

Gardons au baccalauréat toute sa valeur !

Le SNES FSU est très rapidement intervenu jeudi 5 juillet quand des membres des jurys de Terminales S du lycée Wallon nous ont alerté pour dénoncer les modifications abusives de notes en dehors de tout cadre légal, entre la remontée des notes sur Lotanet et le début des délibérations.
Aux côtés des enseignants membres des jurys, la section académique du SNES FSU s’est mobilisée pour mettre à jour les multiples dysfonctionnements ayant touché des candidats du centre d’examen de Maubeuge. C’est bien grâce à la vigilance des professeurs attachés à l’égalité de traitement entre les candidats et à un baccalauréat national, exigeant, anonyme et équitable que la situation est aujourd’hui remise à plat.
Après l’intervention du SNES FSU, la Rectrice de Lille a voulu minimiser l’incident devant la presse, allant même jusqu’à affirmer que tout avait été géré correctement. Il lui a fallu pourtant convoquer à nouveau les jurys de délibération du lycée Wallon de Valenciennes ce lundi 9 juillet à 17h30 pour remettre un cadre légal à la certification du baccalauréat.
Le rectorat a par ailleurs pris contact avec les présidents de jurys et la section académique du SNES-FSU : il nous a assuré que les jurys pourraient revoir les dossiers traités et les notes incriminés. Le SNES-FSU veillera à ce qu’aucun.e collègue, membre des jurys de bac, ne soit mis en cause, comme s’y est engagée l’Administration expressément à notre demande.

A ce stade, la section académique du SNES FSU appelle les professeurs convoqués dans les jurys du lycée Wallon siégeant à nouveau ce lundi :

A user pleinement de leurs prérogatives : seuls les jurys doivent pouvoir modifier des notes de bac lors des délibérations et si les membres du jury le souhaitent, il doit être possible d’opérer des modifications ce lundi en dehors de toute pression extérieure.
Les consignes normales d’harmonisation et de prise en compte des dossiers scolaires doivent s’appliquer, notamment pour rétablir l’équité avec les élèves ayant composé avec calculatrice.

Ce n’est que dans ces conditions qu’il sera possible de rendre au baccalauréat scientifique passé dans l’Académie de Lille lors de cette session un peu de crédibilité.

Nous regrettons le manque d’anticipation du rectorat qui provoque des dégâts émotionnels chez les candidats victimes et conduit à convoquer dans l’urgence des personnels au dernier moment.

La section Académique du SNES FSU restera mobilisée pour dénoncer toutes les atteintes portées à l’examen national du baccalauréat : les erreurs malencontreuses gérées dans la précipitation mais aussi le projet de baccalauréat porté par le Ministre JM Blanquer qui, en confiant la gestion de l’évaluation en grande partie à l’échelon local, sans aucune régulation ou regard extérieur, risque de générer de multiples anomalies comme celles rencontrées sur Valenciennes cette année.