Une bien mauvaise série … Vous avez raté les épisodes précédents ? Résumons : tout va bien !
Les nouveaux programmes, sans modifications malgré le confinement conviennent à tous ; les élèves sont ravis de se positionner dès la 2de sur des spécialités qui mettent en concurrence disciplines et professeur.e.s ; les options et les Lv3 ne sont pas menacées ; quant aux E3C, elles font l’unanimité et deviennent EC avec encore moins de cadrage national, si ce n’est la limite de 2h.
Bon, évidemment, la crise sanitaire et l’organisation du bac 2020 auront mis en évidence les dangers du contrôle continu, et la grande inégalité dans la constitution des dossiers scolaires d’un établissement à l’autre. Quant au groupe classe, disparu, il a laissé place en 1re et terminale au brassage de tou.te.s les élèves, qui, outre la difficulté qu’il présente sur le plan pédagogique, est une absurdité sanitaire.
Mais tout ça n’est pas grave... Et comme les collègues n’ont aucune HSA dans leur service, grâce aux nombreuses créations de postes de l’été, ils vont se précipiter sur les HSE proposées pour remédier aux difficultés des élèves suite au confinement. La bonne nouvelle également, c’est que les classes entre 33 et 37 élèves, c’est une « situation extrême » (dixit JM Blanquer sur France inter), très rare.
Tout va bien et c’est une rentrée normale, une saison 2 dont le héros est le ministre et les collègues les acteurs de second plan. Nous voilà condamné.e.s à la rediffusion de cette bien mauvaise série.
Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existant ou ayant existé est purement fortuite.

Odile Deverne