Ce texte a été distribué devant le lycée et à la presse

Les représentants élus du SNES, FO (lycées-collèges), SNALC, SGEN, SNCL après avoir réuni les personnels en Assemblée Générale déclarent qu’ils :

-  Refusent la logique comptable affichée par le Ministère, le Rectorat et l’Inspection Académique qui s’opposent à une véritable logique éducative et qui restreint d’années en années la DHG (dotation horaire globale) : pour notre lycée - 30 heures pour la rentrée 2005 (alors que les effectifs, pourtant sous-évalués, prévoient 20 élèves en moins).

-  Refusent les 6 suppressions de postes proposés correspondant à 92 heures (!!!), ce qui va augmenter considérablement les HSA (déjà 46 à l’heure actuelle en Eco-Bur, avec une suppression de poste prévue)

-  Refusent les classes surchargées prévues pour la rentrée :

  • 30,8 élèves en moyenne par classe en seconde
  • 33,3 élèves en 1°S svt
  • 35 en 1°S si
  • 31,5 en 1°ES
  • 30,6 en 1°STT AC
  • 33 en 1°STT CG
  • 32,3 en TS svt
  • 38 en TS si
  • 30 en TES
  • 30,8 en TSTT AC

Ils demandent :

-  L’abandon des suppressions de postes, et la transformation des HSA en postes de titulaires

-  Que la baisse démographique soit l’occasion d’alléger les effectifs par classe (surtout dans notre Académie où les résultats sont plus faibles que la moyenne nationale)

-  Que les structures prévisionnelles pour la rentrée 2005 soient revues à la hausse, en particulier en TS où les effectifs prévus sont inférieurs à ceux de 1re actuelle, que fera-t-on des redoublants ???

-  Que les effectifs restent inférieurs à 30 élèves par classe, que les groupes de TP en sciences expérimentales ne dépassent pas 20 élèves, que les groupes de langues soient cohérents et inférieurs à .

-  L’utilisation des heures dégagées par la baisse d’effectifs pour l’intervention au Centre de Ressources ou pour d’autres actions de soutien aux élèves en difficulté.

-  Restitution des heures de cours supprimées

-  L’abandon des transferts de personnels aux régions et maintien du statut pour tous

En conséquence, les représentants des personnels (enseignants, TOS et élèves) refusent de siéger ce jour. Ils demandent que cette déclaration soit annexée au PV du CA. Ils informent les membres du CA que cette déclaration a été envoyée à la presse et communiquée aux parents d’élèves.
Le vendredi 25 février, les personnels seront à nouveau en grève contre ces suppressions de postes et la loi Fillon et pour le maintien du statut.