10 janvier 2016

Le SNES dans l’Académie

Carte des langues dans le Nord et le Pas-de-Calais : massacre à la tronçonneuse

Les 2 GT se sont tenus en fin de semaine dans des conditions difficiles : communication des documents extrêmement tardive, documents incomplets (pas de documents pour le privé, absence de synthèse pour le Pas-de-Calais ,absence de documents par établissement pour le Nord...). La carte finale sera présentée (mais non soumise au vote) lors du CTA du 19 janvier alors que les DGH seront arrivées dans les établissements.

Les représentants du SNES -FSU et du SNUIPP-FSU ont défendu avec ténacité la nécessité de la diversification et condamné une nouvelle fois une réforme du collège qui supprime des langues, des heures d’enseignement, des dispositifs de réussite (euros, bilangues...) et laisse de très très nombreux collègues exposés à des mesures de carte scolaire pour la rentrée 2016.

En préalable, nous avons dénoncé l’absence de documents pour le privé puisque de très nombreux collèges privés font depuis des semaines voire des mois leur publicité sur le maintien de sections bilangues et euros. Même si ces annonces sont abusives -les collèges privés sous contrats doivent appliquer la réforme et ne proposeront que des ateliers et non un enseignement – les dégâts se font déjà sentir auprès des parents d’élèves. Suite à notre demande sur le rappel à l’ordre de la direction diocésaine promis par le Recteur lors de la CAELVE du 4 novembre, les 2 IA ont confirmé que le Recteur avait bien rappelé ses obligations à l’enseignement privé sous contrat. Avec visiblement un grand succès...Pour la communication des documents relatifs à la situation des établissements, divergence de réponse entre le Pas-de-Calais et le Nord. Pas de communication prévue dans le Pas-de-Calais mais prévue courant janvier pour le Nord. La différence de traitement des 2 départements pose problème. Pour le Pas-de-Calais , il ne nous sera pas possible de vérifier dans quelles conditions sont maintenues d’éventuelles bilangues, ce qui n’est pas acceptable...A noter que nous sommes les seuls à être intervenus sur la question de l’enseignement privé.

Nous avons ensuite dénoncé les dégâts qu’implique cette réforme. Suppression des 274 sections euros de l’académie (191 dans le Nord et 83 dans le Pas-de-Calais). A noter que la situation est extrêmement variable selon les académies puisqu’à Rouen les élèves de 4è euro pourront terminer leur cursus...
132 sections bilangues sur les 228 sections existant à la rentrée 2015 sont supprimées :, soit 56% d’entre elles. Le Pas- de-Calais paie un plus lourd tribut encore : 66% des sections supprimées -56 sur 84- essentiellement parce qu’il n’existait pas de diversification dans le primaire et qu’une seule vraie bilangue de continuité y est possible. Le Nord perd 53% de ses bilangues.

Les choix en été sur ce point à peu près similaires dans les 2 départements :
- maintien des vraies bilangues de continuité comme l’indiquent le décret du 19 mai et la circulaire du 20 octobre 2015.Cela ne concerne qu’une section dans le Pas-de-Calais (Outreau) et 27 dans le Nord (18 en allemand, 8 en néerlandais, 1 en espagnol). La différence s’explique par l’absence de diversification dans le Pas-de-Calais dans le premier degré et la réouverture de l’allemand - par anticipation des conséquences de la réforme-dans une quinzaine de sites du Nord dès la rentrée 2015.
Globalement, un nombre infime de sections donc , contrairement à ce que la Ministre n’a eu de cesse de répéter.

- Maintien de fausses bilangues de continuité en allemand, en contournement du décret, en Education Prioritaire là où il en existait auparavant : sur les 26 collèges REP ou REP+du Pas-de-Calais qui en proposaient une , 25 sont maintenues. Celle de Langevin Avion est supprimée :nous avons dénoncé cette suppression au nom d’effectifs insuffisants et réclamé une offre linguistique forte en particulier pour l’Education Prioritaire. Dans le Nord, 34 sections sont ainsi conservées.
De fausses bilangues de continuité sont également conservées en néerlandais hors EP dans 3 collèges. Et une en russe. Dans le Pas-de-Calais,les 3 sections russe et chinois -centrées sur l’Arrageois....et favorisant le contournement de la carte scolaire- sont elles aussi maintenues.

Il est remarquable de constater que les IA en sont réduits à contourner le décret de la réforme, reconnaissant par là-même sa nocivité , pour limiter un tout petit peu et la casse de l’offre de formation et la casse humaine en termes de personnels, ce que nous avons dénoncé. Mais là encore , il semble y avoir une grande inégalité de traitement entre les académies, puisque Marseille par exemple conserverait la grande majorité de ses bilangues. Amusant de se rappeler que l’argument de vente -phare de la ministre a été celui de la réduction des inégalités ! Amusant aussi de constater que l’Unsa n’a rien eu à redire contre cette non-application de la réforme !
- Tous les collèges en Education prioritaire qui proposaient une section bilangue autre(espagnol, italien...) la perdent également sauf une à Dunkerque en chinois et une à Lille en espagnol. Pas de volontarisme pour les collèges en Education Prioritaire qui n’en proposaient pas : la réforme s’appuie bien sur une baisse des moyens !

Troisième point abordé par les représentants SNES-FSU exclusivement : la situation des ouvertures de 5è et de 4è LV2.Nous avons en effet demandé une politique offensive et volontariste en direction des chefs d’établissement pour les encourager à ouvrir de vraies 5è et 4è LV2 (outre les transformations de bilangues en LV2) .
Des réponses divergentes dans le Nord et le Pas-de-Calais.
Dans le Pas-de-Calais, la réponse a été négative renvoyant la non-ouverture de sections à la responsabilité des enseignants eux-mêmes, incapables dans ce cas de faire le nécessaire pour attirer les élèves en nombre suffisant. Nous avons vivement protesté contre cette vision réductrice du travail énorme fait par les collègues d’allemand en l’occurrence, pour convaincre les familles et faire vivre sections et projets dans les établissements. Il n’est pas acceptable de renvoyer la responsabilité d’une réforme aussi néfaste sur ceux-là mêmes qui ont alerté et agi depuis des mois !
Dans le Nord , la réponse a été en revanche positive et l’IA a dit vouloir encourager les chefs d’établissements à ouvrir de nouvelles 5es LV2 en allemand. A suivre. En outre, dans 13 collèges de l’Education Prioritaire, le choix a d’ores et déjà été fait d’ouvrir une 5è spécifique LV2 allemand.

Nous rappelons aux collègues qu’il faut refuser les regroupements ex -6è bilangues et grands débutants : cela ne sauvera aucun poste, aucun horaire et condamnera à l’échec les grands débutants.

Quatrième point abordé exclusivement par le SNES-FSU : l’horaire prévu pour les 4es grands débutants, les plus grands perdants de la réforme puisqu’il n’est prévu que 5h de LV2 sur les 2 années alors que les générations précédentes auront eu 6h et les suivantes 7,5h.
Nous avons demandé à titre exceptionnel que ces élèves puissent bénéficier de 3h+3h.
Pour les 2 départements , la réponse est en attente puisqu’il doit y avoir un cadrage national la semaine prochaine avec le ministère sur ce point.

Cinquième point abordé : le devenir des LV1 autres qu’anglais . Le décret du 19 mai prévoit leur disparition en l’absence de continuité avec le primaire. Dans le Nord , elles sont toutes supprimées sauf à Baudelaire Roubaix au nom du maintien de la diversité scolaire dans un secteur fortement soumis à la concurrence du privé. Dans le Pas-de-Calais , leur suppression a été annoncée mais les documents mentionnent « pas de changement »:nous avons donc reposé la question par écrit au rectorat et transmettrons l’information dans les meilleurs délais.

Sixième point abordé : le devenir des collègues des langues fortement touchées par la réforme.

Le point noir concerne les collègues d’allemand. Les réponses ont été divergentes dans les 2 départements .Dans le Nord, l’IA a dit être conscient de la situation d’où sa volonté de lancer une campagne d’information et de communication en direction des familles pour les inciter à choisir des langues différentes, en particulier l’allemand. Il n’en demeure pas moins que cela ne résoudra pas la situation de la grande majorité des collègues qui peuvent perdre jusqu’à 2/3 de leur service.
Les propositions de service dans le 1er degré (sur la base du volontariat) ne concernent en effet que les secteurs où sont maintenues les vraies et les fausses bilangues de continuité. Ailleurs , il n’y a rien de prévu en ce sens. La seconde piste , celle de l’aide à la remise à niveau de PE volontaires sous forme de tutorat , ne concernera que peu de collègues et peu d’heures.
Dans le Pas-de-Calais, les 2 mêmes pistes sont évoquées mais là encore elles ne peuvent que concerner peu d’heures et peu de collègues. Malgré notre insistance , nous n’avons pu obtenir de réponse sur le nombre de MCS envisagé, l’IA répétant qu’il fallait voir le verre à moyen plein (les collègues apprécieront) , mettant en doute nos remontées d’établissements sur les MCS prévisibles et escomptant surtout de « petits compléments de service » et enfin renouvelant sa culpabilisation des personnels quant à la disparition des heures d’enseignement et donc des postes.
Les collègues d’espagnol seront pour la plupart confrontés à des conditions très difficiles : effectifs pléthoriques, heures supplémentaires en pagaille car l’Etat ne dispose pas des personnels nécessaires pour faire face à la généralisation de la LV2 en 5e.
Enfin, après une remarque hallucinante d’une représentante de l’Unsa dans le Pas-de-Calais affirmant que la réforme augmentait l’horaire des langues vivantes , l’IA du Pas-de-Calais a rendu une dernière fois hommage à la nocivité de la réforme en proposant de revoir chaque année la carte des langues afin de pouvoir réimplanter des bilangues là où il pourrait y avoir une continuité avec le primaire.
Toutes les raisons d’une grève massive des enseignants de langues le 26 janvier sont là !

TOUS EN GREVE LE 26 JANVIER ! MANIFESTATION A LILLE, 11h, PORTE DE PARIS.