Monsieur le Recteur,

Nous souhaitons vous faire part de plusieurs dysfonctionnements lors des examens de BTS :

- Cette année des étudiants, notamment en BTS tertiaires, ont reçu les convocations seulement le vendredi 28/4 pour des épreuves qui commencent le 9 mai

- Des candidats libres sont arrivés dans certains centres d’examen alors que les examinateurs n’avaient pas été convoqués. Le chef d’établissement a dû demander en urgence à des collègues, le jour même, de bien vouloir interroger. Ceux-ci ont dû confectionner des sujets très rapidement et ne sont pas certains d’avoir usé des bonnes grilles d’évaluation.

- Les collègues ont reçu les convocations très tardivement, lorsqu’ils les ont reçues : convocations le 11 mai pour commencer à interroger le 16 en épreuves orales et pratiques ! Certains collègues ont donc appris le 11 mai qu’ils ne verraient plus qu’une ou deux fois leurs élèves avant la fin de l’année, étant convoqués en rafales jusqu’au 3 juin ! En effet, les professeurs n’enseignent pas qu’en BTS mais aussi en pré-bac et doivent pouvoir s’organiser pour finir les programmes, dont ceux de Terminale

- BTS ESF : oraux de LV. Les étudiants ont passé leur épreuve en début de semaine, épreuve qu’ils passaient habituellement en ...septembre, et pour laquelle ils ont été prévenus il y a un mois du changement de date.

- 2 enseignantes du lycée Y qui ont l’habitude d’interroger en ESF dans ce même lycée, ont découvert par hasard le vendredi 13, en allant revérifier les horaires avec l’adjoint, qu’elles n’étaient plus convoquées dans cet établissement. Appelant le Rectorat, elles apprennent qu’elles sont attendues le mardi à ... Amiens ! La convocation, soi-disant partie depuis avril (mais aucune trace au secrétariat) est arrivée dans le ¼ d’heure. A Amiens : ils ne sont pas au courant non plus de leur venue.... Ce furent donc un professeur de M et un de B, qui découvraient l’épreuve quelque temps avant seulement, qui ont interrogé à Y.

- BTS hôtellerie : un collègue apprend le jeudi 12 qu’il était attendu ce même jour à A. Pas de convocation dans son casier.

- Un enseignant a reçu une convocation pour interroger en mercatique, matière qu’il n’enseigne pas (il est professeur de gestion), il a signalé cette erreur à la secrétaire qui a aussitôt appelé le rectorat qui - avant de rectifier - lui a demandé de faire un écrit stipulant qu’il n’a pas de compétence en cette matière. Quelques jours après, il a reçu une annulation officielle de cette mission. Une autre collègue du lycée, a à son tour reçu le même ordre de mission, elle se trouve dans le même cas. Elle a signalé à son tour cette erreur, mais sa mission a été maintenue. Elle s’est donc rendue à cette convocation (à A.) et s’est retrouvée à 8h toute seule à interroger des candidats, alors que l’examen exige deux professeurs. Le temps que le rectorat envoie quelqu’un d’autre, il était 10h. Or, à 8h30, le 1er candidat avait été mis en préparation. Puis, on lui a enlevé son travail à la fin du temps imparti en attendant le 2d jury. Quand cette personne est arrivée, : elle n’enseignait pas non plus en mercatique. Donc tous les candidats de cette journée ont été interrogés par 2 professeurs qui n’enseignaient pas la matière.

Nous souhaitons avoir des explications sur ces dysfonctionnements et que vous fassiez en sorte qu’ils ne se reproduisent pas.

Veuillez croire, M. le Recteur, en notre profond attachement au service public d’Education nationale

A Lille, le 23 mai 2016

Odile Deverne

Karine Boulonne