12 février 2017

Actualité

Que faire quand le chef d’établissement s’accroche à l’entretien professionnel ?

Nous, professeurs soussigné-e-s, en plein accord avec la section académique du SNES-FSU :
- Avons pris connaissance de la proposition de notre direction de renouveler/mettre en place l’organisation d’un « entretien professionnel » annuel.
- Rappelons que « l’entretien professionnel » prévu pour les fonctionnaires d’Etat et mené par le supérieur hiérarchique direct ne concerne pas les statuts particuliers dont font partie les enseignants et CPE (décret 2010-888 « Fillon-Woerth »).
- Portons à la connaissance de notre hiérarchie dans le cas où elle n’aurait pas vu passer l’information que la mise en œuvre du protocole PPCR et de son volet évaluation se traduisent dès 2016-17 par la fin de toute campagne de notation administrative, tandis que les premiers Rendez-vous de carrière n’interviendront qu’en 2017-18. La Ministre, ainsi que M. le Recteur, se sont adressés en ce sens à l’ensemble des évaluateurs. Ainsi, les dispositions du décret n° 2010-888 du 28 juillet 2010 relatif aux conditions générales de l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de l’Etat ne seront toujours pas applicables aux professeurs, ce qu’a entériné le CT ministériel lors de la séance du 7 décembre 2016.
- Constatons par conséquent que nous n’avons pas à participer à un « entretien professionnel » qui ne s’inscrit ni dans le cadre actuel de l’évaluation sous sa forme ancienne ou transitoire, ni dans le cadre des rendez-vous de carrière dont l’entretien avec le chef d’établissement n’est qu’une étape. Disposés-e-s à échanger fructueusement et quotidiennement avec ce-tte dernier-e, nous renvoyons à l’un des trois rendez-vous de carrière l’opportunité d’établir, avec le concours de nos IA-IPR, notre valeur professionnelle.