3 juin 2016

Les établissements

Une orientation budgétaire inquiétante et des choix contestables

Fin des bourses départementales / vers la privatisation de l’entretien des collèges

Depuis son arrivée au conseil départemental du Nord, la nouvelle majorité n’en finit plus de faire payer à l’école publique, à ses agents et aux familles des difficultés financières dont ils ne sont pas responsables : voir le communiqué de presse de la FSU d’avril 2016 http://www.lille.snes.edu/spip.php?article3224

Parmi les nombreuses réductions ou suppressions d’aides envers les familles, celle des bourses départementales des collégiens impacte directement les familles les plus en difficultés tout en générant des inégalités selon les établissements dont elles dépendent. Chaque année, les familles des collégiens boursiers au taux 2 et taux 3 des bourses nationales se voyaient attribuer une bourse départementale. Cette année, le montant théorique de l’aide départementale est fixé en fonction uniquement du nombre de boursiers au taux 3 par établissement et il appartient à chaque chef d’établissement d’instruire les demandes particulières des familles, un peu comme cela se fait pour le fond social des collégiens.

2014 - 2015 2015 - 2016
- 72 € par élève versés aux élèves boursiers aux taux 2 et 3 des bourses nationales
- Environ 27000 élèves bénéficiaires l’année dernière
- Base de calcul pour le montant attribué à chaque collège : 100 € par élève boursiers au taux 3 des bourses nationales
- Instruction des demandes des familles (d’élèves boursiers ou non boursiers) par les principaux de collèges
- Devrait toucher environ 15000 élèves, chiffre théorique car il va dépendre des demandes des familles et des critères d’attribution qui seront fixés dans chaque collège
- L’établissement peut opter soit pour la prestation en nature (vêtements, fournitures scolaires, livres…), soit pour la prestation financière (participation pour des sorties ou voyages, adhésion au FSE ou association sportive…)
- Aucune aide financière n’est versée à la famille ; l’achat (ou la dépense) est effectué par le collège

Pour le SNES-FSU, ce dispositif est stigmatisant pour les familles qui n’oseront pas toutes faire les démarches auprès du chef d’établissement, sans parler de la charge de travail supplémentaire que l’instruction des demandes va engendrer dans l’établissement. De plus, l’attribution ou non d’une aide va varier d’un collège à un autre, ce qui n’est pas acceptable. Le SNES – FSU demande aux élus des personnels de dénoncer ce dispositif dans les Conseils d’Administration et d’exiger que les critères d’attribution soient ceux des bourses nationales dans chaque établissement.

Autre choix très contestable, celui d’expérimenter l’externalisation, vers des sociétés privées, de l’entretien et de la maintenance dans les collèges du Nord. Une externalisation qui aura pour conséquence de diminuer le nombre d’agents et leur temps de présence dans les établissements. Cette décision est un non sens lorsque l’on sait la place qu’occupent les agents auprès des équipes pédagogiques, de vie scolaire et administratives. Ils sont aux côtés des élèves et des personnels toute la journée et participent activement à la vie de l’établissement. Les contraindre à accepter d’autres missions ou les affecter sur plusieurs établissements sera un nouvel affaiblissement pour la qualité de l’accueil des élèves dans les collèges publics du département. Le SNES – FSU s’oppose à ces expérimentations et à leur future généralisation. Il demande à tous de les dénoncer dans les collèges et notamment dans les Conseils d’Administration où il faut demander ce qu’il en est pour chaque établissement.

trame_motion_ca
trame_motion_ca