12 septembre 2002

Le SNES dans l’Académie

Comité Technique Paritaire Départemental Nord

Comité Technique Paritaire Départemental Nord.
Séance du 7/09/2002.

Ce CTPD concerne les collèges et écoles du département du Nord. Celui-ci avait pour but d’examiner les ajustements de rentrée dans le 1er degré. L’aspect technique en était relativement succinct puisque l’administration ne disposait que d’une petite soixantaine de postes pour abandonner quelques fermetures de classes et pour procéder à quelques créations subordonnées aux effectifs.
La partie la plus instructive fut le débat entre les syndicats de le FSU, notamment, la CGT et l’Inspecteur d’Académie. Face à un Inspecteur qui proclamait une grande satisfaction sur les conditions de la rentrée mais qui promettait un avenir moins radieux, lié à des perspectives de restrictions d’emplois 1er mais surtout 2nd degré, la FSU ainsi que la CGT se sont montrés très inquiets quant à l’avenir du service public d’éducation et son démantèlement programmé par le biais d’une décentralisation forcenée et d’une précarisation programmée des personnels. Déjà à l’heure actuelle, tous les candidats au concours prof d’école reçus sur liste complémentaire (plus de 300), sont chaque année, utilisés directement comme moyens d’enseignement (sans passer par la case IUFM), pour compenser le manque de postes ouverts à ce même concours. Des inquiétudes fortes aussi sur le recul de la scolarisation des enfants de 2 ans pour récupérer des postes d’enseignants à injecter en primaire. Remarque aussi sur l’aspect « poudre aux yeux » de l’annonce des mesures contre l’illettrisme (100 classes concernées sur toute la France) qui a été soulignée. Inquiétude forte aussi sur la mise en sommeil des négociations sur la réduction du temps de travail pour notre profession.
Ces déclarations fortes n’influeront pas, à notre niveau, sur la politique gouvernementale, dûment méditée et résolument programmée, mais ont rappelé clairement nos positions à l’Inspecteur d’Académie qui sera reçu le 24/9 au Ministère pour mettre en œuvre ces mesures.