4 avril 2021

Actualité

Continuité pédagogique, fermeture des établissements : quelle attitude adopter ?

Continuité pédagogique, fermeture des établissements : quelle attitude adopter (...)

Ce texte peut être diffusé à l’ensemble des personnels de chaque établissement, sous forme de mail.
Il peut être complété par notre FAQ sur la continuité pédagogique.

1) Continuité pédagogique
Voici quelques éléments pour savoir quels sont nos droits et nos devoirs :
Les personnels restent maîtres des modalités de sa mise en œuvre et ne peuvent se voir imposer le recours à la visio. La liberté pédagogique reste la règle, même dans les circonstances exceptionnelles actuelles. Elle est inscrite dans la loi. https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006525569/
Une circulaire a été envoyée par le ministère et a vocation à être adressée à tous les collègues. En voici quelques extraits concernant les modalités de la continuité pédagogique :
"Les écoles, collèges et lycées mettent en place la continuité pédagogique pour la semaine du 6 au 10 avril selon les principes et modalités fixés par le plan de continuité pédagogique disponible depuis le mois de juillet 2020 (https://eduscol.education.fr/2227/plan-de-continuite-pedagogique)."
"Dans le second degré, afin d’assurer la tenue régulière de cours et une charge de travail adaptée à l’âge et au niveau des élèves, les chefs d’établissement veillent à la bonne coordination des cours dispensés par les professeurs et des travaux ä la maison. Afin de faciliter l’organisation des cours et de limiter les perturbations pour les élèves, les équipes peuvent utilement, et dans la mesure du possible, s’appuyer sur les emplois du temps habituels. Les professeurs principaux pourront être particulièrement mobilisés pour coordonner les cours et la répartition de la charge de travail dans la semaine.
"Les professeurs qui ne l’ont pas encore fait sont invités à se créer un compte sur le site Ma Classe à la Maison du CNED, afin de disposer d’un outil de classe virtuelle gratuit avec Ieurs élèves (https://eduscoI.education.fr/2671/conduire-ma-classe-distance-avec-le-cned). Les cours et devoirs à la maison peuvent également être diffusés par tout moyen (messagerie, ENT, récupération auprès de l’école ou de l’établissement, etc.). Le dispositif « devoirs à la maison », lorsqu’il a été mis en place, est également maintenu."
"Le maintien du lien avec les familles et les élèves est essentiel, même si la période considérée n’est que de quelques jours. Il est donc demandé aux équipes pédagogiques et administratives d’informer les familles et de maintenir le contact par tout moyen (messagerie, ENT, appel téléphonique). Chaque élève doit rester en contact avec l’institution scolaire pendant la semaine du 6 au 10 avril."
" Dans le second degré, l’objectif est la poursuite des apprentissages dans les différentes disciplines, avec une attention particulière pour les classes à examens et les disciplines qui feront l’objet d’épreuves terminales. La préparation des épreuves orales, notamment l’oral de Français en classe de première et le grand oral ou le chef d’œuvre en classe de terminale est particulièrement valorisée."
Bref, aucune obligation sur les modalités ; personne n’est obligé.e de s’imposer quelque chose qui ne lui convient pas ou qu’il ou elle pense ne pas convenir aux élèves.
Sur les visios en particulier : https://lille.snes.edu/Classe-virtuelle-elle-ne-l-est-pas-tout-a-fait.html

2) Présence dans les établissements
Le ministère et les rectorats entretiennent volontairement la confusion sur la présence dans les établissements alors que le télétravail est la règle. Les personnels de vie scolaire (CPE, AED), les PsyEN ou les AESH n’ont pas à être en présentiel.
Le président de la République a été très clair : le recours au télétravail doit être "systématique". La circulaire ministérielle en vigueur précise : "toute tâche pouvant être effectuée à distance doit l’être selon cette modalité". Seuls les personnels administratifs dont la présence est indispensable au fonctionnement des établissements peuvent être contraints de s’y rendre.
Circulaire, extrait :
"Toute tâche pouvant être effectuée à distance doit l’être selon cette modalité. Toutefois, en concertation avec les collectivités concernées, l’accueil des professeurs et des personnels administratifs dans les établissements restera possible afin d’assurer une continuité minimale dans les démarches administratives (commissions, conseils de classe, démarches d’orientation...) et afin que les professeurs puissent, le cas échéant, bénéficier des équipements des écoles et des établissements pour assurer les cours à distance."
Il n’est pas question de la vie scolaire ; cela ne peut pas être imposé.
L’objectif est de limiter les interactions partout. C’est l’addition de toutes ces petites dérogations, y compris dans le cadre professionnel qui pourrait contribuer à la prolongation du confinement.

3) Rencontre de l’intersyndicale académique vendredi 2 avril avec la Rectrice, en présence du Snes et de la FSU.
À nos questions, il été répondu : "Liberté pédagogique avant tout. On ne doit rien imposer."
La question a été posée de la suggestion de faire des oraux blancs en visio : nous avons soulevé le problème de l’accès aux documents des élèves, des conditions d’examens non respectées. La rectrice a répondu qu’il fallait effectivement reporter malgré les contestations du Sgen-CFDT. Évidemment, chacun.e peut faire ce qu’il veut avec ses propres élèves et est libre d’organiser des oraux d’entrainement si elle ou il le souhaite.
Le Snes, avec la FSU, a demandé un courrier à l’intention des chefs d’établissement et la possibilité de l’avoir en copie.