Déclaration de la FSU au CTA du 22 janvier 2015 : Formation Continue des Adultes

Dès le CCA FCA du 7 janvier 2015, la FSU a pris acte de la concertation qui a été mis en place au sein de notre académie pour définir une stratégie académique de développement pour 2014-2017. De nombreux acteurs de la formation continue des adultes ont participé, proposé des évolutions et donné leur avis. Ce processus où les CFC ont pris toute leur place, est une nécessité pour avoir un constat partagé et argumenté de la situation des GRETA de notre académie.

La FSU est attentive à ce que la stratégie retenue s’appuie sur :
- une réaffirmation du service public de la F.C.A. que représentent le réseau des GRETA et la DAFCO
- un développement et une viabilité des GRETA sur le long terme
- une pérennisation des personnels et des postes indispensables par le recrutement de personnels qualifiés en CDI et ainsi permettre l’accès aux concours de titularisation des personnels : la qualité des prestations et l’innovation demandées ne se feront qu’au prix de personnels équitablement rémunérés et ayant la possibilité de se projeter dans l’avenir, en particulier en demeurant poste gagé en GRETA.
- l’harmonisation et le respect des droits des personnels, dans le respect des textes réglementaires en vigueur.

Le schéma directeur reste à mettre en œuvre et la FSU restera vigilante pour qu’il ne devienne pas l’outil d’un démantèlement de la F.C.A. au sein du service public.

Pour la carte des GRETA, les inquiétudes de la FSU sont importantes.
L’argument financier ne doit pas être le facteur prédominant dans la décision, même si la mauvaise situation financière de certains GRETA est une réalité. Cette nouvelle structuration va permettre de donner davantage de stabilité financière aux nouveaux GRETA mais la mise en œuvre de cette nouvelle carte pose de nombreuses questions qui ne sont pas pour le moment clarifiées :
- La gouvernance des GRETA : la présidence par un personnel de direction est le gage du maintien du service public de la F.C.A. Cependant le projet reste flou sur ce qui sera mis en œuvre et la maitrise de si grands ensembles questionnent. La taille de ces entités et les nombreuses missions nécessitent des personnels de direction à plein temps, ce que demande la FSU.
- Le respect de l’affectation des personnels administratifs. Les regroupements des GRETA posent la question du devenir des personnels administratifs, et en particulier des services communs. Les personnels en CDD seront-ils conservés au sein de l’Éducation nationale ? Et quel sera le traitement des agents en CDI ou titulaires ?
- Le respect des conditions de travail des personnels formateurs ! Seront-ils affectés par bassin comme nous l’exigeons ? Qu’appelle-t-on une mobilité raisonnable des personnels ? La question des temps de déplacement et leur prise en compte n’a pas été abordée.

Nous avons entendu que ces questions seront traitées dans une deuxième phase. Mais pour la FSU, ces considérations fondamentales pour le devenir des GRETA et les personnels doivent être prises en compte simultanément dans le choix de la carte des GRETA. La FSU aurait souhaitée des regroupements de GRETA moins importants, se limitant au voisinage proche et garant d’une présence territoriale par bassin. La FSU estime que cette carte engendre de nombreuses interrogations et inquiétudes et s’abstiendra donc lors du vote.
Si ce projet devait aller à son terme, la FSU exige des garanties écrites dans le projet, sécurisant les personnels et l’avenir de la F.C.A dans notre académie : le respect des textes de 1993, les conditions de remboursement des frais de déplacements, la comptabilisation des temps de déplacements, la possibilité de titularisation en GRETA, …

Rapport de l’expert FSU :