14 octobre 2017

Le SNES dans l’Académie

Le CAEN s’est tenu le mercredi 11 octobre 2017

Le CAEN, conseil académique de l’Education Nationale de l’Académie de Lille s’est tenu le mercredi 12 octobre à la Préfecture de Lille.

Pour la FSU et le SNES, le CAEN est l’occasion d’interpeller le Recteur et la région Hauts de France sur leurs politiques respectives.
us trouverez ci-jointe la déclaration FSU sur l’ordre du jour du CAEN ainsi que la déclaration commune FSU, CGT, UNSA, SGEN,Sud Education, AD , FO, et FCPE62 sur la suppression des contrats aidés dans l’Education Nationale.

Déclaration FSU
Déclaration commune Contrats Aidés

Le CAEN est constitué des représentants des organisations syndicales de l’Éducation nationale et de l’enseignement agricole dont la FSU, des organisations syndicales des salariés, des fédérations de parents d’élèves, de la région Hauts de France en la personne de sa vice-présidente en charge des lycées et de l’Etat en la présence de Monsieur le Recteur de l’Académie de Lille et de ses secrétaires généraux.

Emplois aidés région  : La FSU a interpellé spécifiquement la Région Hauts de France en demandant les dispositifs envisagés par la région pour compenser ou palier la suppression des emplois aidés recrutés par la Région. La réponse a été évasive et laisse craindre des dysfonctionnements et une augmentation de la charge de travail pour tous les personnels des lycées de la région. Il est également à craindre des problèmes quant à l’entretien de fond des locaux et des risques de dégradation dans le temps faute des réparations nécessaires en temps et en heure.

Calendrier scolaire des vacances de printemps
Certaines académies de la zone C ont changé leur calendrier des vacances de printemps (Pâques) en raison d’une semaine de rentrée où figurent deux jours fériés, mardi et jeudi. Le Recteur a rappelé que le calendrier était national et qu’il n’avait reçu aucune injonction à le faire évoluer. Sauf décision ministériel, le calendrier des vacances de printemps ne changera pas dans l’Académie de Lille, ni dans celle d’Amiens.
La FSU a réaffirmé son exigence d’une Éducation Nationale sur tout le territoire, ce qui suppose un calendrier décidé nationalement. Dans cette logique, la FSU est opposée à l’autonomie des académies et des établissements
D’autres questions étaient à l’ordre du jour de cette réunion :

Rythmes scolaires et CP dédoublés dans le 1er degré
L’assouplissement des rythmes scolaires (78% des communes, 65% des écoles et 62% des élèves sont revenus à la semaine de 4 jours.
Le dispositif des CP dédoublés dans les REP+ se fait au détriment du autre dispositif « plus de maîtres de classes » 374 classes dédoublées et 64 classes avec deux enseignants du fait de manque de locaux. La FSU a dénoncé la précipitation dans lequel se sont effectués ces changements et les difficultés engendrées pour les personnels dans les écoles. Elle a dénoncé également la quasi suppression du dispositif « plus de maîtres que de classes » plébiscité par les personnels et qui n’a même pas pu être évalué . Elle a répété la nécessité de donner du temps et de la stabilité aux personnels comme aux élèves.

Devoirs faits en collège
Le recteur a expliqué le dispositif mis en place.
Pour la FSU et le SNES, si tous les élèves ne sont pas égaux face au travail personne l à la maison, ce n’est pas le programme Devoirs Faits qui contribuera à résorber les inégalités sociales au collège. La question des devoirs à la maison ne doit pas éluder celle des conditions d’apprentissage dans la classe, et ne peut être résolue par des interventions extérieures qui fragmentent l’action pédagogique, en niant l’expertise des personnels
Vous retrouvez la position du SNES et l’analyse du SNES sur ce sujet dans l’article : http://www.lille.snes.edu/spip.php?article3555

Assouplissement de la réforme du collège
Le Recteur a annoncé la remise en place de nombreuses sections bilangues : 167 (contre 95 à la rentrée 2016 et 228 à la rentrée 2015).Il a dit ne pas avoir incité à ce rétablissement, mais constaté que cela correspondait à une véritable demande. Pour la FSU, nous avons rappelé les situations extrêmement disparates d’un établissement à l’autre et le grand nombre de collèges où cet enseignement est proposé avec des horaires dérisoires. Nous continuons à demander un bilan qualitatif établissement par établissement.

Budget des lycées pour l’année 2018
La région a présenté les orientations pour le budget des lycées pour l’année 2018. Les documents ont été simplement projeté en séance. Devant ce déni de dialogue, la FSU a décidé de voter contre cette orientation. Il n’est pas acceptable que les représentants des personnels soient si peu considérés par la région Hauts de France.
Sur le fond, le budget des lycées diminuera de 5% encore cette année. La région justifie ces baisses par des économies réalisées sur des groupements d’achats et sur sa volonté affichée d’économiser sur tous les budgets régionaux. Les budgets des établissements de la région seront communiqués le 16 octobre, dès que le conseil régional les aura actés.

Projet prévisionnel d’investissement des lycées : PPI
Le 16 octobre sera aussi la date de la communication du projet prévisionnel d’investissement des lycées : la région met enfin en place un projet de travaux pour les lycées de la région. Dans certains établissements, il est plus qu’urgent de réaliser ces travaux de mise aux normes.
La FSU a interpellé la région sur l’installation de caméras dans certains établissements alors que ces caméras n’étaient pas souhaitées par les équipes éducatives et que des travaux vitaux n’étaient toujours pas réalisés. L’exemple du lycée agricole de Tilloy-les-Mofflaines est emblématique de ce mode de fonctionnement : un nouveau parking contraire aux normes prônées dans les formations agricoles, des caméras installées alors que des fenêtres risquent de tomber à tout moment et que l’internat est interdit aux élèves, en raison d’insalubrité.
La réponse de la région a été l’importance de la sécurisation des locaux car la loi l’impose.
La FSU a bien entendu dénoncé cette position.

Le plan de chaque lycée sera communiqué à chaque direction d’établissement dès le 16 octobre.
Lors du CAEN, la FSU a demandé que les représentants des personnels soient destinataires de ce document. La FSU et le SNES ont rappelé leur exigence sur le dialogue entre les lycées et la région que les représentants des personnels soient associés aux discussions avec les établissements.
La région n’y est pas opposée mais elle laisse à chaque direction d’établissement le soin d’organiser ce dialogue personnalisé entre elle et l’établissement.
Dès mardi, la FSU et le SNES incitent les élus des Conseils d’administration a exigé la communication du PPI au chef d’établissement.

Constat des effectifs de rentrée.
Les effectifs qui nous ont été communiqués ne sont pas encore « consolidés » selon la formule consacrée.
Cependant, ils permettent de dégager une tendance importante et de voir les effets des réformes précédentes comme la suppression des doublements dans toutes les classes de lycées.
Les élèves de certaines sections sont en augmentation comme les STMG. La FSU a relayé les nombreux dysfonctionnements et la dégradation des conditions de travail dans ces filières où les groupes à effectifs réduits sont très faibles.
Pour les BTS, le Recteur s’est félicité de l’augmentation du nombre de bac pro en BTS. Cette expérimentation est pour lui une réussite car une majorité d’académies devraient suivre cette orientation l’année prochaine.
La FSU a rappelé tous ces réticences pour ce dispositif, sans prise en compte réelle des élèves de bac pro en BTS ; L’échec évité à l’université se transformera en un échec en BTS. Les nombreuses remontées de collègues des établissements montrent que la situation chiffrée ne reflète pas la situation vécue par les enseignants et les équipes éducatives dans les classes. Si la FSU est favorable à la poursuite des élèves de bac pro en BTS, cela ne peut pas faire par une adaptation de la formation en BTS ou un saupoudrage de quelques heures de soutien.
Une analyse plus complète sera effectuée lors du CTA du lundi 16 octobre 23017

Le SNES organise à cette effet un conseil syndical le 13 novembre pour collecter des informations précises sur la situation des classes de BTS dans l’Académie de Lille.