23 janvier 2019

Carrière et mutations

Capa de contestation des rendez-vous de carrière des certifiés

Belle victoire du paritarisme !

Ce matin, au Rectorat de Lille, s’est tenue la capa de contestation des rendez-vous de carrière.
Malgré un terrain gelé et des conditions météo difficiles, l’équipe des commissaires paritaires du Snes-Fsu n’a pas ménagé ses efforts tout au long des 180 minutes : interventions précises et maîtrise des dossiers ont pesé au point d’aboutir, au terme d’un final haletant, à la modification de 13 avis ré-évalués sur 17 dossiers présentés.

Dans le détail :
- pour le 1er rdvc, 1 modification sur 2 dossiers
- Pour le 2e rdvc, 2 modifications pour les 2 contestations
- Pour le 3e rdvc, 10 modifications sur 13 dossiers

L’équipe peut être satisfaite des 5 avis "excellent" obtenus et des 7 avis "très satisfaisant". A noter également la qualité de l’arbitrage, à l’écoute et cohérent.

Quelques chiffres pour la campagne de RDVC des certifiés en 2017-2018

Sur 1353 certifiés concernés, 1287 rdvc réalisés, soit + de 95 %. 66 rdvc non réalisés dont 52 pour motifs légitimes. Sur ces 52, 16 ont souhaité bénéficier du dispositif académique : rencontre ou rdv tél.

110 recours préalables à la capa (75 S, 32 TS, 3 AC) pour 70 réponses favorables :
- 50 passés de Satisfaisant à Très Satisfaisant et 20 passés de TS à Excellent
- 40 réponses négatives => 17 saisies de la capa de contestation dont 13 pour le 3e rdvc

Avant capa de ce matin :
- 1er rdvc : 24.7 % d’avis Exc / 41.3 % d’avis TS / 25.9 % d’avis S / 1.8 % d’avis A Consolider (7 collègues)
- 2è rdvc : 28 % d’avis Exc / 41.8 % d’avis TS / 24.4 % d’avis S / 1.5 % d’avis AC (8 collègues)
- 3è rdvc : 14 % d’avis Exc / 48.7 % d’avis TS / 29.4 % d’avis S / 3.4 % d’avis AC (15 collègues)


Déclaration CAPA des certifiés – recours RDVC de carrière – mercredi 23 janvier 2019

Le SNES-FSU tient tout d’abord à exprimer sa colère face à la volonté du Ministère d’empêcher les commissaires paritaires classe exceptionnelle de siéger dans cette CAPA. Madame le Recteur a finalement proposé que les élus classe exceptionnelle puissent assister à la CAPA en tant qu’experts. Nous la remercions ainsi que les services qui ont relayé notre demande. Néanmoins, cet épisode augure mal des suites de cette mandature et nous ne pouvons que faire le lien avec la volonté du gouvernement d’affaiblir les droits des personnels et de poursuivre sa casse de la fonction publique. Décidément, l’école de la confiance, prônée et souhaitée par le Ministre ne reste qu’un slogan de communication vide de tout sens sur le terrain dans le quotidien des collègues et des élus des personnels.

Nous siégeons aujourd’hui pour examiner les recours de 17 collègues qui contestent l’avis final de leur rendez-vous de carrière. Avec la mise en place du PPCR et de la nouvelle évaluation de la valeur professionnelle des enseignants, c’est la première CAPA de contestation et à ce titre, ses membres se doivent de rendre les décisions les plus objectives et justes possibles au regard des situations traitées. Pour le SNES-FSU, l’avis final du Recteur doit être en adéquation avec les avis des évaluateurs primaires. Nous souhaitons donc que cette CAPA corrige les incohérences constatées entre les positionnements sur les items de la grille et l’avis final des dossiers étudiés. Par ailleurs, Le SNES-FSU dénonce cette grille de compétences qui va à l’encontre de la réalité de nos pratiques professionnelles où l’enseignant est concepteur de son métier. Le SNES-FSU revendique une évaluation portant sur le cœur de notre métier et non sur des missions périphériques, tout en restant respectueuse de la liberté pédagogique des enseignants.

Le bilan qui a été fait de cette première campagne d’évaluation en GT nous confirme ce que le SNES-FSU affirme depuis longtemps : la très grande majorité des collègues s’investit pour la réussite de leurs élèves avec, pourtant, des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader d’année en année. Cette nouvelle évaluation ne doit donc pas devenir une source de rancœur et de démobilisation des collègues, ce serait un échec de plus à l’heure où la colère est grande contre l’institution. Il est d’ailleurs très regrettable que l’administration se fixe des quotas d’avis très satisfaisants ou excellents alors même que les textes ne l’y obligent pas. L’évaluation de la valeur professionnelle d’un agent n’a pas à être influencée par des quotas qui peuvent vite devenir une source d’injustice dans le résultat final du processus du rendez-vous de carrière. Pour le SNES-FSU, aucun quota ne doit exister et limiter les avis des évaluateurs tout au long du processus d’évaluation. Ses élus agiront dans les CAPA pour assurer l’équité et la transparence dans toutes les opérations de carrière.

Les collègues sont attachés à la reconnaissance de leur investissement et de leur travail. Cette reconnaissance est déjà très largement absente au niveau salarial depuis de nombreuses années et ce n’est pas la communication ou les mesures méprisantes prises par le gouvernement actuel qui vont améliorer celle-ci. Il serait très grave que cette reconnaissance soit également faussée ou absente dans l’examen de la valeur professionnelle des enseignants. Les contingents de promotions dans la carrière ne doivent donc pas piloter l’évaluation des enseignants, c’est bien pour cela que le SNES-FSU revendique toujours la déconnexion totale entre l’avancement et l’évaluation des enseignants avec une carrière accélérée pour tous sur les trois grades. Enfin et c’est une évidence, la meilleure et l’unique façon de redonner attractivité et reconnaissance au métier d’enseignant, c’est en augmentant les salaires. Cela passe par le dégel du point d’indice et le rattrapage de la baisse du pouvoir d’achat accumulée depuis plus de 20 ans.

Pour finaliser le bilan de cette première campagne d’évaluation, nous aimerions connaître ce qui sera mis en place pour aider et accompagner les collègues qui ont reçu un avis « à consolider » et avoir un point sur les situations des collègues qui n’ont pu avoir leur rendez-vous de carrière. Nous nous demandons également pourquoi les évaluateurs primaires ne remplissent-ils pas systématiquement la grille avec les collègues lors de l’entretien ? Cela éviterait de nombreuses incompréhensions voire frustrations pour les collègues.

Nous terminerons cette déclaration en remerciant une nouvelle fois les services qui nous ont fourni les informations et permis de consulter les dossiers afin de préparer cette CAPA.